Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Lectures, analyses et réflexions de Raphaël
5 décembre 2011

2011, Année Internationale des Afrodescendants

2011, Année Internationale des Afrodescendants 

            Sans doute, cette annonce ne vous dit absolument rien. Et pourtant cela fait onze mois qu’elle est devenue effective et court même à son terme. C’est la résolution 64/169 de l’Organisation des Nations-Unies qui a déclaré l’année 2011 Année Internationale des minorités noires  afin d’encourager une plus grande connaissance et un plus grand respect de la diversité par une sérieuse connaissance du patrimoine et des cultures des Afrodescendants

Afrodescendants 0001            Ce qui est surprenant, c’est qu’en Europe cette proclamation est restée sans écho alors que les Afro-américains – surtout ceux d’Amérique latine – en ont fait une réelle occasion pour attirer l’attention des autorités de leurs pays sur leur invisibilité. En Europe, particulièrement en France, les Noirs ne tarissent pas de critiques à l’égard de leurs gouvernants quand il faut évoquer leur absence dans les structures administratives et politiques de leur pays. A leurs yeux, tout laisse penser que la France est blanche. Ce qui leur déplaît fort. Et ils ont raison. Cependant, eux-mêmes se condamnent à l’inertie en refusant toute forme de regroupement communautaire pour accéder à la citadelle nationale farouchement gardée par une élite blanche. Quant aux Afrodescendants sud-américains – comme hier leurs semblables nord-américains – loin d’accepter l’individualisme, ils ont pris le parti d’affirmer leur négritude comme une richesse de leur pays. Et c’est cette richesse faite de valeurs culturelles forgées dans leur condition particulière passée qu’ils valorisent afin de la rendre exploitable et défendable par leurs autorités sur l’échiquier international. Ils se disent aussi que de leur originalité sortiront des génies et des pratiques jusque-là insoupçonnés. 

Coiffures afro 2 0003            Pour illustrer – au sens propre – la volonté des Afrodescendants sud-américains de faire de leur différence une richesse, il me suffit de vous proposer ici les images de leurs talents et de leur fierté qu’ils exposent et imposent à leurs concitoyens blancs et indiens. Alors qu’en Afrique et en Europe la mode est aux cheveux lisses, c’est-à-dire au port de la perruque ou aux mèches appelées « extensions » de cheveux, en Amérique latine on organise des concours de coiffure pour montrer à la fois la beauté sous une vision nègre et des talents d’artistes.  Là-bas, on assume et on valorise sa couleur et les caractéristiques qui en découlent alors qu’ici on tente de les gommer ou de les adoucir par quelques subterfuges bien visibles. 

           Coiffures afro 3 0001 On peut parier – avec beaucoup de chance de ne pas se tromper – que l’année 2011 s’achèvera en Europe sans que ses Afrodescendants ne saisissent l’occasion d’attirer l’attention de leurs autorités sur leur condition d’invisibles. Et pourtant, si l’Organisation des Nations Unies a fait la proclamation dont nous parlons, c’est que les représentants du monde entier ont pris acte d’une injustice flagrante frappant les communautés noires partout où elles sont minoritaires. Franchement, à quoi sert une proclamation si ceux qui sont concernés n’exploitent pas l’opportunité offerte ? A quoi sert une telle proclamation si l’ONU ne met pas tout en œuvre pour favoriser son application ? A quoi sert la liberté si on ne s’en sert pas ?   

°Toutes les photos illustrant cet article viennent du Blog « Noirs d’Amérique latine » de Guy Everard Mbarga.    

Raphaël ADJOBI

Publicité
Commentaires
Publicité
Publicité